Comment investir dans des actifs privés en ayant un impact positif sur les sols, les océans, le climat et la biodiversité

Points clés

  • La détérioration du capital naturel a des conséquences graves sur la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance, le changement climatique et la biodiversité. Pourtant, c’est un domaine dans lequel on investit très peu.
  • Mirova a créé une plateforme d’investissement dans le capital naturel qui propose trois thèmes distincts : les terres durables, les océans durables, les solutions environnementales telles que les solutions climatiques naturelles.
  • Les plateformes associant les analystes spécialisées et la recherche d’actifs sur les marchés frontières, et dotées de capacités financières sophistiquées, peuvent stimuler une croissance rapide des investissements dans le capital naturel.
Avoir un impact durable constitue un objectif pour de nombreux investisseurs.

Le fait d’investir dans des projets de préservation du capital naturel via des actifs privés permet d’atteindre cet objectif. En investissant directement et à grande échelle dans le capital naturel, les investisseurs peuvent constater d’eux-mêmes leur influence sur l’environnement. Dans le même temps, les actifs sous-jacents ont le potentiel de générer des performances financières intéressantes pour les investisseurs privés. En outre, des mécanismes de réduction des risques peuvent également être mis en place si nécessaire, notamment pour les investissements dans les pays émergents (par le biais de fonds publics ou philanthropiques agissant en tant que garant ou investisseur en première ligne).


L’impact du capital naturel sur la vie quotidienne

L’état des terres, des océans et du climat a des répercussions sur notre vie quotidienne : ce que nous mangeons, notre façon de construire, dans quelle mesure notre environnement est propre et attrayant. La plupart des gens partagent les mêmes préoccupations à ce sujet.

La détérioration du capital naturel a des conséquences graves sur la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance, le changement climatique et la biodiversité. Pour autant, le capital naturel est un domaine dans lequel on investit très peu. Quelques faits illustrent bien cette énigme :

• Plus de la moitié du PIB mondial dépend des ressources naturelles . Nos économies font partie de la Nature, et non extérieures à elle, et le caractère durable du développement économique dépend entièrement de la protection des écosystèmes naturels.
• Le fait que nous soyons très dépendants de la nature ne nous a pas empêchés d’endommager gravement ce capital naturel : plus de 70 % des terres émergées de la planète ont été transformées par rapport à leur état naturel, et entre 20 et 40 % des terres émergées sont dégradées .
• Au final, la Nature ne bénéficie que de 3 % des investissements de la finance climatique, alors qu’elle représente 30 % de la solution.

« Nous ne pouvons que supposer que le sous-investissement est dû à un manque perçu d’opportunités, plutôt qu’à un manque d’intérêt de la part des investisseurs », explique Anne-Laurence Roucher, Directrice générale déléguée et Responsable du Private Equity et du Capital naturel chez Mirova.

« Il existe peu d’opportunités d’investissement dans le capital naturel. La plateforme d’investissement dans le capital naturel de Mirova est unique car elle offre des opportunités d’investissement sur tout le spectre du capital naturel en utilisant une grande diversité d’instruments financiers adaptés à chaque projet ».


Une plateforme unique, à large spectre, dédiée à l’investissement dans le capital naturel

Mirova, un affilié de Natixis Investment Managers, propose trois thèmes distincts d’investissement dans le domaine du capital naturel, ainsi que de nombreux sous-thèmes. Ces trois thèmes sont : les terres durables, les océans durables et les solutions climatiques naturelles.

La gestion durable des terres est nécessaire face à la dégradation des sols causée par des activités telles que le surpâturage, la monoculture, la déforestation et l’industrialisation.
Les financements publics sont insuffisants pour parvenir à la « neutralité en termes de dégradation des terres », l’un des objectifs des Nations-Unies en matière de développement durable. Davantage de capitaux privés, d’idées et d’expertise sont nécessaires.

Mirova investit dans des projets d’agroforesterie et d’agroécologie à travers le monde, combinant la production durable de matières premières (telles que des aliments et des fibres certifiés) et la conservation de la nature, ainsi que des projets inclusifs pour les communautés locales.

Parallèlement, la gestion durable des océans cherche à endiguer ou à inverser leur détérioration puisqu’ils couvrent environ les trois quarts de la surface de notre planète et qu’ils sont essentiels à la subsistance de millions de personnes. Des opportunités d’investissement existent dans les secteurs des produits de la mer durables et de l'économie circulaire, ainsi que dans la conservation marine. Mirova a pour objectif d’améliorer la biodiversité et la résilience des communautés côtières, en créant des opportunités commerciales par le biais de la pêche et de l’aquaculture durables, de l’économie circulaire, de l’écotourisme, du paiement pour des services écosystémiques et des technologies de l’économie bleue.

Enfin, selon le Forum économique mondial, les solutions climatiques naturelles peuvent fournir un tiers des mesures de lutte contre le changement climatique nécessaires pour atteindre les objectifs de 2030, soit environ 7 Gt de CO2, avec un prix moyen nettement inférieur à celui des autres solutions d’élimination du CO2 (telles que celles basées sur les technologies) .

Le marché volontaire du carbone est une réponse stratégique au changement climatique qui, par sa nature même, constitue un problème à long terme. Les crédits carbone, en particulier ceux générés par des solutions climatiques naturelles, constituent un marché en pleine maturité, dont la taille devrait atteindre 50 milliards de dollars d’ici 2030 grâce à la hausse de l’engagement des entreprises envers la neutralité carbone.

Dans ce domaine, Mirova a fait œuvre de pionnier en investissant dans des projets de crédits carbone verts (forêts), terrestres (agriculture) et bleus (mangroves, zones humides et écosystèmes côtiers) dotés de certifications et de normes ESG solides, en évaluant également leur biodiversité et leurs impacts sociaux positifs.


Exploitation d’un vaste vivier de compétences en matière d’écologie et d’investissement à impact

Une plateforme uniquement dédiée à l’investissement à impact et aux actifs réels peut offrir aux investisseurs l’accès à un large éventail d’investissements en capital naturel. Mirova est un spécialiste des investissements à impact et durables, et un acteur de premier plan dans ce domaine. Nous pouvons nous appuyer sur les nombreuses expertises internes (Infrastructures de transition énergétique, Capital naturel, Private equity à impact et Recherche extra-financière).

Plus de 20 professionnels de l’investissement forment le socle de la plateforme d’investissement dans le capital naturel de Mirova. Toutes les équipes de Mirova bénéficient du soutien d’une équipe de recherche sur le développement durable de 16 professionnels, dotée d’une expertise de recherche sectorielle comprenant l’agriculture, les bâtiments et la mobilité, les ressources, l’énergie et la consommation.

La plateforme bénéficie également de l’expertise d’une équipe dédié à la transition énergétique qui gère plus de 2,2 milliards d’euros d’actifs avec l’aide de 22 spécialistes chevronnés, et qui a financé plus de 300 projets au cours des 20 dernières années.

L’écosystème ESG de longue date dans lequel baigne Mirova permet d’identifier rapidement les investissements potentiels, de produire des recherches sur mesure et de générer des idées d’investissment. Et dans un domaine d’investissement où la réglementation est un catalyseur majeur, Mirova est à la pointe de la réflexion réglementaire. Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, a été membre du groupe d’experts de haut niveau de la Commission européenne sur la finance durable, un groupe de 20 experts mis en place pour aider à développer une feuille de route européenne globale et exhaustive sur la finance durable. Il est également le fondateur et l’ancien président de Finance for Tomorrow, qui promeut la finance durable en France et à l’international.

« La réglementation est l’un des principaux moteurs de l’évolution de l’approche ESG », affirme Anne-Laurence Roucher. « Et outre le plaidoyer, nombre de nos employés sont également membres de groupes de réflexion et d’initiatives de marché (comme TNFD, Natural Capital Investment Alliance, etc) qui vont au-delà de la portée et des exigences réglementaires ».


Mettre en place des structures financières autour du capital naturel

La structuration financière et l’expertise en matière de transactions sont essentielles pour investir avec succès dans des projets de capital naturel. Mirova dispose d’une plateforme opérationnelle solide affichant un historique éprouvé en matière d’investissements non cotés (3 milliards d’euros d’actifs sous gestion).

« Nous bénéficions d’un accès privilégié au deal flow alimenté par le vaste réseau de partenaires de Mirova », confirme Anne-Laurence Roucher. « Mirova est une marque forte sur le marché ESG, un investisseur reconnu à juste titre comme un véritable pionnier en la matière », ajoute-t-elle.

La plateforme d'investissement dans le capital naturel s’appuie sur une gamme de mécanismes et d’instruments pour la performance et la protection du capital. Certains instruments financiers sont assortis d’un coupon fixe, qui peut être associé à une participation aux revenus ou aux bénéfices ou, le cas échéant, à une participation au capital. En outre, des mécanismes de réduction du risque tels que des garanties publiques ou des investissements assortis d’une assurance sur les premières pertes sont mis en œuvre pour améliorer le profil rendement/risque pour les investisseurs privés.

Anne-Laurence Roucher indique : « Nous pouvons combiner des outils financiers pour cibler des performances solides à partir d’investissements en phase de démarrage sur les marchés frontières, en associant un impact environnemental et social élevé à des performances financières ».


Des opportunités sur les marchés développés et émergents

Si de nombreux projets de Mirova sont entrepris sur les marchés émergents – en particulier en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique – de nombreuses opportunités d’investissement dans le capital naturel se présentent également sur les marchés développés.

« Nous sommes de plus en plus exposés aux marchés développés, en partie en réponse aux attentes en matière de profil rendement/risque des investisseurs institutionnels, qui disposent d’une allocation d’investissements plus élevée sur les marchés développés », explique Anne-Laurence Roucher. « Mais aussi parce qu’il y a des transactions ».

Tout en créant une gestion durable des terres sur les marchés émergents, Mirova a également remarqué des opportunités en aval sur les marchés développés. Ainsi, alors que ses projets peuvent favoriser des plantations de café durables en Amérique du Sud, par exemple, en Europe, elle pourrait se concentrer sur les activités en aval, où les produits durables sont transformés et distribués.

Une classe d’actifs en pleine expansion

Il a fallu plus de dix ans pour que les classes d’actifs liées aux énergies renouvelables atteignent ce stade. Le capital naturel n’en est qu’à ses prémices, mais son lien avec la vie quotidienne devrait accélérer son développement.

« L’investissement dans le capital naturel évoluera plus rapidement parce que les investisseurs ont compris la nécessité impérieuse de s’y intéresser et qu’il est, à bien des égards, associé à la question du changement climatique, qui est désormais clairement intégrée », explique Anne-Laurence Roucher.

Les plateformes telles que celle développée par Mirova, qui associe la recherche spécialisée et la recherche d’actifs sur les marchés frontières, dotées de capacités financières sophistiquées, stimuleront la croissance des solutions d’investissement dans le capital naturel.

« Notre plateforme s’adresse aux investisseurs qui recherchent des performances financières solides, mais qui veulent aussi réellement participer à la préservation de l’avenir du monde naturel », ajoute-t-elle.

Publié en juin 2022

1 Source : Forum économique mondial, Nature Risk Rising : why the crisis engulfing nature matters for business and the economy (Hausse du risque lié à la nature : pourquoi la crise liée au patrimoine naturel est cruciale pour les entreprises et l’économie)
2 Source : Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), Global Land Outlook (Perspectives mondiales des terres), deuxième édition, avril 2022.
3 Concertation : Nature et Net Zéro | Forum économique mondial (weforum.org)
4 “Un plan d’action pour développer les marchés volontaires du carbone afin de relever le défi climatique ” – McKinsey 2021
Mirova
Mirova est un affilié de Natixis Investment Managers.
Société de gestion de portefeuille - Société Anonyme
RCS Paris n°394 648 216 - Agrément AMF n° GP 02-014
59, Avenue Pierre Mendes France – 75013 - Paris
www.mirova.com

Natixis Investment Managers
Société anonyme
RCS Paris 453 952 681
43, Avenue Pierre Mendes France – 75013 – Paris
www.im.natixis.com

Ce document est uniquement publié à titre d'information et est destiné aux prestataires de services d'investissement ou autres Clients professionnels. Les analyses et les opinions formulées aux présentes représentent les opinions subjectives de leurs auteurs respectifs, à la date indiquée, et sont susceptibles d'être modifiées. Rien ne garantit que la situation évoluera comme le prévoit ce document.

Copyright © 2022 Natixis Investment Managers S.A. – Tous droits réservés