Les résultats de l’enquête menée par Natixis auprès des investisseurs institutionnels viennent d’être publiés, et ils sont conformes aux échos qu’AlphaSimplex Group a recueillis de la part d’un grand nombre de ses clients. La volatilité du marché a atteint des niveaux historiquement bas, et l'on peut donc raisonnablement supposer qu’elle va augmenter. Les investisseurs institutionnels sont nombreux à s’y attendre :78 % des sondés anticipent une hausse de la volatilité en 2018. Et les résultats de l’enquête traduisent une tendance que nous avons également observée : la réaction des investisseurs institutionnels est d’utiliser des investissements alternatifs afin de diversifier la forte exposition de leurs portefeuilles aux actions et aux obligations. En effet, 78 % d’entre eux ont également déclaré qu’ils avaient davantage recours aux investissements alternatifs à des fins de diversification et pour les aider à gérer le risque.

Un dénominateur commun : la volatilité
L’enquête met l’accent sur d’autres sujets qui préoccupent également les investisseurs – comme les bulles spéculatives, les relèvements des taux d’intérêt et les incertitudes géopolitiques. L’ensemble de ces craintes créent des incertitudes quant à l’avenir et à la réaction des marchés. En d’autres termes, elles créent un environnement propice à la volatilité. Mais la volatilité n’est pas foncièrement mauvaise : tout dépend de ce qui la provoque et de la façon dont les professionnels de l’investissement prévoient de la gérer.

La volatilité causée par l’instabilité géopolitique peut affecter négativement les portefeuilles des investisseurs sur de longues périodes, mais elle peut aussi attester de la bonne santé des marchés. Par exemple, les opinions divergentes sur la valorisation des actions ou l’orientation des taux d’intérêt peuvent être à l’origine d’une forme de volatilité positive : une évolution des prix qui prouve que les marchés fonctionnent de façon efficiente. À vrai dire, la volatilité est une composante naturelle des marchés.

C’est pourquoi nous estimons que protéger un portefeuille en y incluant des actifs « refuges » capables de le prémunir en cas de correction du marché n’est pas suffisant. Il faut également investir dans des stratégies susceptibles de bénéficier activement d’une hausse de la volatilité du marché. L’enquête de Natixis Investment Managers montre que c’est précisément l’idée que se font les investisseurs institutionnels de la volatilité.

Penser de façon stratégique
Plusieurs d’entre eux, avec lesquels nous échangeons, sont en quête de stratégies capables de profiter d'un contexte de volatilité accrue — en d’autres termes, d’actifs qui évoluent dans la direction opposée des actifs traditionnels tels que les actions, particulièrement en période de crise ou de fort regain de volatilité. Par exemple, certaines stratégies « managed futures » suiveuses de tendances peuvent afficher un faible niveau moyen de corrélation avec les actions, et receler un potentiel de surperformance lorsque les marchés actions sous-performent.

Les investisseurs institutionnels semblent avoir compris qu’une hausse de la volatilité n’est pas nécessairement synonyme de désastre pour leur portefeuille. Ils semblent reconnaitre l’importance de se préparer à un retour de la volatilité en intégrant des stratégies alternatives susceptibles de compenser le risque ou de générer de la performance supplémentaire lors des épisodes de volatilité.

Il est essentiel de comprendre le sentiment des investisseurs afin de passer outre les rumeurs qui circulent sur les marchés. Consultez nos recherches les plus récentes concernant l’attitude et le comportement des investisseurs à travers le monde.

 


Risques :
Les techniques de gestion de la volatilité peuvent entraîner des périodes de pertes et de sous-performance, limiter la capacité du fonds à exploiter la hausse des marchés et augmenter les frais de transaction.

Les stratégies “managed futures” utilisent des produits dérivés, principalement des contrats à terme, qui ont généralement impliqué un effet de levier (un montant modeste est utilisé afin d’effectuer un investissement de plus grande valeur économique). En raison de cette caractéristique, les stratégies managed futures peuvent amplifier les gains et les pertes enregistrés par les marchés auxquels elles sont exposées. Les stratégies managed futures sont extrêmement spéculatives et peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs.

Les investissements alternatifs comportent des risques spécifiques qui peuvent être différents de ceux liés aux investissements traditionnels, comme notamment l’illiquidité, et qui s’accompagnent d’un potentiel accru de pertes et de gains. Il revient aux investisseurs de pleinement comprendre les risques associés à un investissement avant d’investir.

Tout investissement comporte des risques, y compris le risque de pertes. Il n’existe aucune garantie qu’un investissement réalisera ses objectifs de performance ou que les pertes pourront être évitées.

La diversification ne saurait garantir un gain ou protéger contre de possibles pertes.

L’enquête internationale de Natixis Investment Managers auprès des investisseurs institutionnels a été menée par CoreData Research en septembre et octobre 2017. L’enquête a été menée auprès de 500 investisseurs institutionnels répartis dans 30 pays.

Ce document est fourni exclusivement à titre d’information et ne doit pas être considéré comme un conseil en investissement. Les points de vue exprimés ci-dessus peuvent évoluer en fonction des conditions de marché et d’autres facteurs. Il ne peut être garanti que les évolutions futures correspondront à celles prévues dans le présent document.