Pourquoi Mirova ?

Mirova est un gestionnaire d’actifs à mission labellisé B-Corp, qui se consacre entièrement à l’investissement durable. Mirova vise à concilier la recherche de performances financières avec l’impact environnemental et social, en proposant un large éventail de solutions d’investissement à travers plusieurs classes d’actifs. En plaçant les objectifs de développement durable (ODD) et les questions de durabilité au cœur de sa stratégie et de ses produits, Mirova figure parmi les pionniers de l’investissement socialement responsable. En effet, la société a été nommée parmi les « B Corp Best For The WorldTM de 2021 », une distinction qui récompense les sociétés ayant obtenu un score dans un ou plusieurs des 5 domaines d’impact évalués en vue de la certification, leur permettant de compter parmi les 5 % des meilleures sociétés B Corps au monde1. Mirova est un affilié de Natixis Investment Managers.

En quelques chiffres

AUM

27,2 milliards d'euros *

d’encours sous gestion

SFDR

100%

des fonds couverts
par la règlementation
SFDR, classés article 9

12 specialists

12

analystes ESG
spécialisés dans
des domaines macro

7 centres

7

centres d’expertise

temperature

2°C

comme scénario de
réchauffement climatique
cible pour tous les
portefeuilles



4 raisons d’investir

L’essor du marché des obligations vertes est apparu comme un élément potentiellement essentiel pour faire face à la menace que fait peser le changement climatique sur notre bien-être économique. Depuis 2012, Mirova a été l’un des premiers gestionnaires d’actifs à investir dans les obligations vertes et durables. Cette expérience a permis à la société de mettre en place un processus d'investissement unique et intégré. Les actifs sous gestion de la stratégie Mirova Global Green Bond totalisent 852 millions d'euros2, et la société a investi 3,4 milliards d'euros3 sur le marché des obligations vertes et durables par l’intermédiaire de diverses stratégies
Face aux questions soulevées quant à la vérification des caractéristiques environnementales d’un titre (tous les émetteurs d’obligations vertes ne s’engagent pas à fournir des rapports d’impact annuels avec des mesures d’impact quantitatives par exemple), Mirova a développé une méthodologie d’analyse et d’évaluation des programmes d’obligations vertes qui s’appuie notamment sur le cadre référentiel des « Green Bond Principles ». Cette approche implique des critères de sélectivité très stricts : 60 % des obligations qualifiées de « vertes » dans le monde ne répondent pas à leurs exigences4. Toutefois, Mirova va plus loin : la société analyse, et dans certains cas conteste, les critères techniques établis par la taxonomie verte européenne, ainsi que ceux suggérés par les émetteurs eux-mêmes.
Si les capitaux levés par toute obligation verte doivent financer des projets à orientation environnementale et/ou sociale, Mirova précise que les impacts environnementaux et/ou sociaux du projet doivent également être suffisamment clairs et ambitieux pour progresser de manière significative vers l’objectif qu’ils entendent atteindre. Une attention particulière doit être portée au niveau de détail et à la transparence des rapports d’impact fournis pour chaque projet, ce qui contribuera à apaiser les craintes des investisseurs quant aux possibilités de « greenwashing », ce procédé qui consiste à donner une fausse impression ou à fournir des informations trompeuses sur les caractéristiques écologiques des produits d’une entreprise.
Mirova a développé un outil interne permettant d'estimer le « greenium », à savoir la « prime verte », ou la différence entre le rendement d'une obligation verte et le rendement d’une obligation conventionnelle d'un émetteur similaire présentant des caractéristiques semblables. Certains ont noté que la multiplication des mandats dédiés aux obligations vertes signifie qu’un nombre croissant d’investisseurs sont devenus des acheteurs forcés d’un nombre concentré de transactions, poussant les prix à la hausse, quelles que soient les caractéristiques financières de l’offre. Cependant, d’autres soutiennent qu’un « greenium » est justifié dans certains cas car le label vert peut indiquer une bonne gestion, une divulgation d’informations plus complète et une stratégie commerciale solide à long terme chez un émetteur.

L’équipe

Marc Briand

responsable de la stratégie obligataire
Mirova

Charles Portier

gérant de portefeuille
Mirova

Bertrand Rocher

gérant de portefeuille et responsable de la recherche crédit
Mirova

Agathe Foussard

gérante de portefeuille
Mirova

Nous contacter

Mirova logo

OUS SOUHAITEZ PLUS D'INFORMATIONS ?
Stratégie du fonds En savoir plus