Après une année marquée par des performances à deux chiffres sur les marchés actions et des rendements obligataires élevés, les experts du groupe Natixis ne demandent pas aux marchés « Qu’avez-vous fait pour moi ces derniers temps ? » Au lieu de cela, ils se tournent vers 2020 avec en tête l’incertitude de l’élection présidentielle américaine et des prix d’actifs élevés, et ils posent la question : « Que pouvez-vous faire pour moi aujourd’hui ? »

Notre enquête auprès de 24 stratégistes, économistes et gérants de portefeuille représentant Natixis Investment Managers, ses sociétés affiliées et la Banque Natixis révèle qu’en dépit d’une vision plus favorable à l’égard des actifs risqués, leurs prévisions font état, en moyenne, de peu de mouvements sur les marchés mondiaux.

Les Perspectives 2020 des stratégistes de Natixis mettent en lumière plusieurs facteurs qui pourraient être des signes avant-coureurs d’une voie sans direction :

  •  Un renversement de situation politique, avec un début de résolution du Brexit qui entraîne les actions européennes en tête des classes d’actifs les plus performantes, tandis que les incertitudes liées à l’élection présidentielle et des valorisations élevées font chuter les actions américaines en milieu de classement.
  • Une baisse de taux attendue de la part de la Réserve fédérale américaine qui pourrait signaler que les défis posés par le ralentissement de la croissance économique et l’enlisement des négociations commerciales n’ont pas complètement éliminé les craintes de récession.
  • Une récession mondiale qui révélerait la faible marge de manœuvre dont disposent encore les banques centrales pour soutenir l’économie après une décennie de politiques ultra accommodantes et de taux d’intérêt négatifs.

« Le plus frappant, explique Esty Dwek, responsable de la stratégie de marché mondial chez Natixis Investment Managers Solutions, c’est le net partage en deux des résultats de l’enquête. Il semble que toute perspective optimiste soit contrebalancée par une perspective plus pessimiste. Bien que les prévisions relatives aux classes d’actifs varient, il n’existe guère de consensus quant à l’orientation haussière ou baissière du marché ».

La vue d’ensemble de nos stratégistes montre le défi auquel de nombreux investisseurs seront confrontés à l’aube de la nouvelle décennie : Une croissance économique positive mais à peine supérieure à zéro, des valorisations élevées mais non exorbitantes et des événements géopolitiques qui pourraient soit renforcer, soit saper la confiance des marchés.

Risque : Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ? Ou au contraire bien tourner ?
L’élection présidentielle américaine a supplanté le chaos du Brexit comme principal risque baissier aux yeux de nos stratégistes. Cette sortie désordonnée occupait une place prépondérante dans leurs perspectives de milieu d’année, mais a été reléguée au bas de la liste des préoccupations par la politique américaine. Les opinions étaient relativement neutres à l’égard des autres catalyseurs baissiers, bien que la probabilité d’une récession aux États-Unis, en Europe et/ou dans le monde occupe le troisième rang dans la liste. De même, en dehors d’un scénario de Brexit avec accord ou d’une absence de Brexit, nos stratégistes n’anticipent guère de hausse de la part des catalyseurs extérieurs au marché.

Peu de risques baissiers à l’horizon
Risks

Peu de catalyseurs haussiers à attendre
Upside Catalyst

L’élection présidentielle américaine particulièrement serrée

Nos stratégistes n’entrevoient aucun choc évident – positif ou négatif – sur les marchés, mais leurs perspectives sont loin d’être unanimes. Sur la question de savoir qui remportera l’élection présidentielle américaine en novembre 2020, les avis sont nettement partagés. La moitié des participants anticipe une réélection de Donald Trump, tandis que l’autre prévoit un autre vainqueur. Au sein de de cette seconde catégorie, la plupart penchent en faveur de Joe Biden, et seulement un sur 12 prédit une victoire d’Elizabeth Warren – la principale crainte du marché à ce jour.

On constate également que les prévisions du marché pour l’indice S&P 500® se sont systématiquement révélées plus élevées chez ceux qui prédisaient une victoire de Donald Trump, tandis qu’elles sont toutes ressorties négatives chez ceux misant sur une victoire démocrate. Le seul participant qui anticipe une victoire d’Elizabeth Warren a également indiqué la prévision la plus négative pour la valorisation de fin d’année de l’indice S&P 500®. Les stratégistes qui ont choisi Donald Trump placent en moyenne l’indice à 3 221 en fin d’année 2020, soit un gain de 4,5 % par rapport au niveau de 3 082 au moment de l’enquête. Il convient également de noter que Michael Bloomberg, bien qu’il n’ait rejoint la course que récemment (et qu’il soit un candidat « write-in » pour l’enquête), se positionne en deuxième position pour une victoire à la primaire démocrate après Joe Biden.

Faites votre choix : les prévisions de l’élection présidentielle américaine de 2020 sont serrées
President


Perspectives pour les différentes classe d’actifs


Dans l’ensemble, les participants se sont montrés plus optimistes à l’égard des actifs en général. Les scores haussiers/baissiers étaient plus élevés pour 15 des 19 classes d’actifs que ceux de notre enquête de milieu d’année. En outre, les actions ont produit, dans l’ensemble, les meilleurs scores haussiers/baissiers. Il est probable que les craintes de récession qui se dissipent depuis le milieu d’année aient inspiré un peu plus d’optimisme à l’égard des actifs plus risqués. Toutefois, même si la confiance a augmenté, les attentes sont restées modérées. Même les scores les plus haussiers n’étaient que modestement au-dessus du niveau « neutre ».

L’opinion à l’égard des actions américaines est généralement restée stable, mais les actions britanniques et européennes ont pris le pas sur elles grâce à leurs hausses significatives. Le sentiment à l’égard des actions britanniques s’est amélioré à la faveur des attentes d’un accord sur le Brexit, et les perspectives des actions européennes ont fait de même grâce à des valorisations plus intéressantes et à un regain de confiance dans l’économie. Par rapport au milieu de l’année, les plus grands gagnants de notre classement haussier/baissier de 20 classes d’actifs ont été, de loin, les actions britanniques (passant du 18ème au 6ème rang), les grandes capitalisations de la zone euro (du 11ème au 2ème rang) et les actions développées hors États-Unis (du 7ème au 3ème rang). Les actions émergentes sont toujours appréciées, passant du deuxième au premier rang.

Sur les quatre classes d’actifs qui se sont repliées, une seule s’est sensiblement affaiblie. Les obligations souveraines américaines de grande qualité ont chuté de la 1ère place en milieu d’année à la 15ème place en fin d’année, alors que la baisse des craintes envers une récession a pesé sur les actifs les plus sûrs.


Les actions hors États-Unis arrivent en tête du classement
Asset Class

Neutres sur les actions américaines

En moyenne, les participants ont fixé un objectif de fin d’année 2020 pour l’indice S&P 500® à 3 074, ce qui implique peu de changement pour l’année à venir (-0,2 %) par rapport au niveau qui était le sien lors de l’enquête. Mais les opinions étaient parfaitement partagées : 12 stratégistes anticipent des performances plus élevées et 12 des performances plus faibles. Les prévisions les plus optimistes indiquent un rebond de 9,9 %, tandis que les plus pessimistes indiquent une perte de 11,2 %.

À surveiller : prévisions des stratégistes pour l’indice S&P 500® en fin d’année 2020
SP 500

Légère hausse de la volatilité à venir

Les prévisions des stratégistes de Natixis indiquant une volatilité accrue se concentrent sur les marchés actions plutôt que sur les taux d’intérêt ou les devises. Les participants prévoient une hausse modérée de l’indice VIX®, passant de 12,8 lorsque l’enquête était en cours à 15,5 à la fin 2020. Aucun des 24 participants n’a anticipé une baisse du VIX® l’année prochaine. Plus de 80 % d’entre eux (20 sur 24) ont prévu une hausse du VIX®, alors que seulement quatre anticipent une stagnation.

Anticipations en matière de volatilité
Volatility

À surveiller : hausse anticipée du VIX®
VIX

Baisse des taux d’intérêt

Un fort consensus se dégage parmi les participants concernant la politique de la Réserve fédérale. Ils anticipent une baisse des taux de 25 pb en 2020, qui passerait de 1,625 % à 1,375 %. Ce chiffre est légèrement inférieur à celui d’un récent sondage Bloomberg indiquant un consensus à 1,60 %. Six (25 %) des participants ne prévoient aucun changement du taux des fonds fédéraux en 2020, mais pas un seul ne s’attend à une hausse de la Fed. Les réponses à l’enquête n’ont montré pratiquement aucune corrélation entre les prévisions du taux du financement à un jour et les prévisions de l’indice S&P 500®, ce qui indique que les participants s’attendent à ce que la politique monétaire américaine ait peu d’impact sur les cours des actions.

Pas d’inquiétudes à propos de la hausse des taux
Fed Funds

Plus de marge de manœuvre pour les banques centrales

La politique de taux d’intérêt n’est peut-être pas en tête de liste des préoccupations, mais les stratégistes de Natixis s’inquiètent clairement de l’évolution du rôle des banques centrales. Interrogés sur les plus grands défis auxquels seront confrontées les banques centrales dans la mise en œuvre de leurs politiques en 2020, plus de deux stratégistes sur trois ont cité le « manque d’outils ». Avec des taux déjà si bas aux États-Unis et négatifs dans de nombreuses régions du monde, les ajustements risquent de perdre une partie de leurs effets antérieurs et on ne sait pas trop quelles mesures pourraient les remplacer. Ceci est conforme aux résultats de l’enquête internationale menée en 2019 par Natixis Investment Managers auprès des investisseurs institutionnels, où les personnes interrogées considèrent également le manque d’outils comme le plus grand défi des banques centrales.


Ces dernières sont-elles à court de munitions ?
Central Banks

En route vers 2030


Les préoccupations en matière de politique ont également été citées en premier lorsque les participants ont abordé les principales tendances à rectifier sur le plan économique et de l’investissement au cours de la prochaine décennie. Les réponses ont été réparties en cinq grandes catégories, au premier rang desquelles la nécessité de gérer efficacement l’inflation, les taux d’intérêt et la politique des banques centrales. « Partout dans le monde, les investisseurs misent sur des niveaux bas pendant une période prolongée, de sorte qu’une bonne orientation de l’inflation sera le principal moteur des rendements au cours des dix prochaines années », a déclaré Jack Janasiewicz, Senior Vice President, stratégiste et gérant de portefeuille, Natixis Advisors, L.P.

Une deuxième tendance à l’horizon concerne le changement climatique et ses effets sur l’économie mondiale. Les observations portent notamment sur l’identification des opportunités d’investissement liées au changement climatique, lesquelles pourraient servir de catalyseur ou de tremplin à la croissance mondiale. Un nombre équivalent de participants a souligné les effets de la technologie et de la productivité sur la croissance potentielle, tandis que d’autres ont identifié les tendances du populisme et de la déglobalisation qui pourraient compromettre le progrès économique.

Interrogés sur la probabilité que des scénarios précis se concrétisent, les participants ont évoqué une croissance lente, des taux bas et la politique accommodante des banques centrales.

Tendances pour les années 2020
2020 Trends

Prendre la route


Même s’il semble que nous soyons sur une voie sans direction en 2020, le voyage risque d’être mouvementé. La route à suivre sera déterminée autant par l’évolution de la situation politique aux États-Unis et en Europe que par la politique des taux d’intérêt et la capacité des banques centrales du monde entier à faire face à des défis imprévisibles. Comme le montrent les résultats de l’enquête, il y a peu de chocs baissiers ou de catalyseurs haussiers évidents à l'horizon. Malgré le maintien du statu quo économique pour l’instant, un revirement est possible à tout moment. En fin de compte, une voie sans direction peut aboutir à une conjoncture plus intéressante que celle que nous connaissons aujourd’hui.

À propos des perspectives 2020 des stratégistes de Natixis

Les Perspectives 2020 des stratégistes de Natixis sont basées sur les réponses de 24 experts, dont 17 représentent dix sociétés de gestion affiliées à Natixis, 4 représentent quatre divisions de Natixis Investment Managers et 3 représentent la Banque Natixis :

  • Michael J. Acton, CFA®, Directeur de recherche, AEW
  • Axel Botte, stratégiste mondial, Ostrum Asset Management
  • Michael Buckius, CFA®, Directeurs des investissements, Gateway Investment Advisers
  • Elisabeth Colleran, CFA®, gérante de portefeuille, équipe crédit émergent, Loomis Sayles
  • Rafael Calvo, Directeur associé, Responsable de la dette senior et Co-responsable de l’origination, MV Credit
  • François-Xavier Chauchat, économiste en chef et membre du comité d’investissement, Dorval Asset Management
  • Esty Dwek, Responsable de la Stratégie Marchés mondiaux, Natixis Investment Manager Solutions
  • James Grabovac, CFA®, en charge des stratégies d’investissement, équipe gestion des obligations municipales, Loomis Sayles
  • Brian Horrigan, CFA®, économiste en chef, Loomis Sayles
  • Jack Janasiewicz, CFA®, Senior Vice President, stratégiste et gérant de portefeuille, Natixis Advisors, L.P.
  • Kathryn M. Kaminski, PhD, CAIA®, Chief Research Strategist, gérante de portefeuille, AlphaSimplex Group
  • Brian P. Kennedy, gérant de portefeuille, équipe Full Discretion, Loomis Sayles
  • David Lafferty, CFA®, Senior Vice President et Responsable des stratégies de marché, Natixis Investment Managers
  • Joseph Lavorgna, économiste en chef pour le continent américain, Natixis Corporate & Investment Banking
  • Maura Murphy, CFA®, gérante de portefeuille, équipe stratégies d’alpha, Loomis Sayles
  • Jens Peers, CFA®, CEO et Directeur des investissements, Mirova4
  • Cyril Regnat, Responsable des solutions de recherche, Natixis Global Markets Research
  • Dirk Schumacher, Responsable de la recherche macro pour l’Europe, Natixis Corporate & Investment Banking
  • Lynda L. Schweitzer, CFA®, gérante de portefeuille, équipe gestion obligations internationales, Loomis Sayles
  • Christopher Sharpe, Senior Vice President et gérant de portefeuille, Natixis Advisors, L.P.
  • Richard Skaggs, Vice President, stratégiste actions senior, Loomis Sayles
  • Hans Vrensen, CFA®, MRE, Managing Director Responsable de la recherche et de la stratégie, AEW Europe
  • Philippe Waechter, économiste en chef, Ostrum Asset Management
  • Chris D. Wallis, CFA®, CPA, CEO, Directeur des investissements, gérant de portefeuille senior, Vaughan Nelson Investment Management
1 Le score de probabilité est le calcul de la moyenne de la probabilité sur une échelle de 1 à 5, 1 étant la moins probable et 5 la plus probable.

2 Le score haussier/baissier (Bull-Bear) est la somme pondérée des réponses haussières (>5) moins les réponses baissières (<5) pour chaque classe d’actifs sur une échelle de 0 à 10 (0 = plus baissier, 10 = plus haussier), 5 étant une réponse neutre.

L’enquête internationale de Natixis Investment Managers auprès des investisseurs institutionnels a été réalisée par CoreData Research en octobre et novembre 2019. L’enquête a été menée auprès de 500 investisseurs institutionnels répartis dans 29 pays.

4 Exerce ses activités aux États-Unis via Mirova U.S., LLC (Mirova US). Avant le 1er avril 2019, Mirova était exploitée par Ostrum Asset Management U.S., LLC (Ostrum US).

Tout investissement comporte des risques, y compris le risque de pertes.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées du CFA Institute.

Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.

L’indice S&P 500® est un indicateur largement reconnu de la performance des marchés boursiers américains. Il s’agit d’un indice non géré regroupant 500 entreprises choisies, entre autres, pour leur capitalisation boursière, leur liquidité et leur secteur d’activité. Cet indice mesure également la performance du segment des grandes capitalisations du marché actions américain.

L’indice de volatilité CBOE (le VIX) mesure la volatilité implicite de l’indice S&P 500®.
Les actions sont volatiles et peuvent significativement baisser en réaction aux conditions de marché et économiques.

Les obligations peuvent comporter un ou plusieurs des risques suivants : risque de crédit, risque de taux d’intérêt (en règle générale, lorsque les taux d’intérêt augmentent, les cours des obligations baissent), risque inflationniste et risque de liquidité.

Les investissements liés aux matières premières, dont les produits dérivés, peuvent être influencés par plusieurs facteurs comme notamment les prix des matières premières, les événements internationaux, les contrôles des importations et les conditions économiques. Ce faisant, ils peuvent comporter un substantiel risque de pertes.

Les taux de change entre le dollar américain et les devises étrangères peuvent entraîner une baisse de la valeur des investissements.

Les investissements alternatifs comportent des risques spécifiques et qui peuvent être différents de ceux liés aux investissements traditionnels, comme notamment l’illiquidité, et s’accompagnent d’un potentiel accru de pertes et de gains. Il revient aux investisseurs de pleinement comprendre les risques associés à un investissement avant d’investir.

Ce document est fourni exclusivement à titre d’information et ne doit pas être considéré comme un conseil en investissement. Les points de vue exprimés sont valables en date de novembre 2019 et peuvent évoluer en fonction des conditions de marché et d’autres facteurs. Il n’est en aucun cas garanti que les éléments présentés dans ce document se dérouleront tel qu’anticipés, et les résultats réels sont susceptibles d’être différents.

Ce document peut contenir des références à des marques de commerce, des indices et des informations protégées par le droit d’auteur de tiers, qui appartiennent chacun à leur propriétaire respectif. Ces propriétaires ne sont pas affiliés à Natixis Investment Managers ou à l’une quelconque de ses sociétés liées ou affiliées (collectivement « Natixis ») et ne fournissent aucun parrainage, approbation ou participation dans les services, fonds ou autres produits financiers de Natixis.

Les informations contenues dans la présente vidéo relatives aux indices de référence sont issues de tiers et sont fournies « en l’état ». L’utilisateur assume l’intégralité des risques liés à leur utilisation. Chacune des entités tierces participant à la compilation, au calcul ou à la création des informations relatives aux indices de référence n’accordent aucune garantie (entre autres garantie d’originalité, d’exactitude, d’exhaustivité, d’actualité, d’absence de contrefaçon, de qualité marchande ou d’adéquation à une fonction particulière) vis-à-vis de ces informations.