Supprimer tout biais humain dans la gestion des portefeuilles actions peut aider les investisseurs à anticiper les retournements de tendance.

POINTS CLÉS:

  • Une stratégie systématique adoptant un biais contrariant peut tirer profit de la volatilité des marchés. Une approche systématique reposant sur les signaux de marché neutralise les émotions et les erreurs humaines. Un trading contrariant se met en place lors des moments de bascule, lorsque le momentum s’essouffle et que le marché change de direction.
  • La stratégie a réussi à surperformer pendant l’une des plus fortes corrections des marchés. En 2008, sa performance est ressortie à 13 %, alors que l’Euro Stoxx 50 et le S&P 500 accusaient des baisses respectives de 44,4 % et 37 %.
  • Cette stratégie contrariante, qui réagit aux grands retournements des marchés actions, complète à merveille les portefeuilles long-only. En visant des performances régulières et stables sur le long terme, elle peut également contribuer à la diversification des portefeuilles, en complément d’une poche obligataire.

Pour les investisseurs, il est naturel de chercher à protéger leurs portefeuilles de la volatilité. Les sources d’inquiétudes semblent ne jamais vraiment disparaître pour les investisseurs, qu’il s’agisse de la guerre commerciale sino-américaine, du risque de récession, du Brexit ou encore de l’instabilité géopolitique. Si l’un de ces risques venait à se matérialiser, les actifs financiers pourraient subir une baisse de valeur brutale et dommageable aux investisseurs. C’est pourquoi les stratégies assurant une protection contre la baisse des marchés sont régulièrement recherchées par les investisseurs. Mais que se passe-t-il si les marchés repartent de manière inattendue à la hausse ? En protégeant leur portefeuille contre une chute potentielle du prix des actifs, les investisseurs institutionnels craignent de rater un rebond potentiel des marchés.

Ces deux craintes sont rationnelles. Mais elles peuvent être atténuées par une stratégie d'investissement systématique et contrariante, capable de générer des performances dès que les marchés changent d’orientation, à la hausse comme à la baisse.

La fragilité du psychisme humain

Pourquoi une stratégie systématique permet-elle de mieux gérer la volatilité ? Et pourquoi adopter une approche contrariante ?

La réponse à la première question s’explique par la fragilité du psychisme humain. Une approche systématique reposant sur les signaux de marché neutralise les émotions et les erreurs humaines. Même les analystes les plus expérimentés et les plus compétents peuvent faire preuve d’emballement ou de nervosité et sont susceptibles de mal interpréter les signaux de marché. « Ce scénario peut notamment intervenir lorsque le « bruit » de marché est intense, par exemple des tweets de comptes très suivis, ou tout autre interférence entraînant des fluctuations de prix à court terme », explique Jean-Jacques Duhot, directeur des investissements d’Arctic Blue Capital, une société affiliée de H2O Asset Management.

En réponse à la seconde question, ancrer un biais contrariant dans le portefeuille permet de révéler les prémices d’une inversion durable de la direction des marchés. C’est grâce à cette capacité que la stratégie se démarque de ses concurrentes qui suivent les fluctuations à court terme des marchés, lesquelles sont susceptibles de s’inverser rapidement et d’entraîner des pertes. Elle se distingue également des stratégies de suivi de tendance à long terme, qui ne changent de tactique que lorsque les tendances sont déjà bien établies. L’objectif d’une stratégie systématique et contrariante est de neutraliser le « bruit » de marché et de savoir anticiper les changements durables sur le marché. Elle a aussi vocation à garder une longueur d’avance sur les investisseurs adoptant des stratégies traditionnelles et à faire prendre à son portefeuille un positionnement contrariant avant qu’une tendance ne s’installe vraiment.

Comment déceler les retournements de tendance ?

Comment la stratégie parvient-elle à anticiper les évolutions inattendues des marchés ?

« Je tiens à préciser que nous ne faisons pas de prédictions et que nous n’analysons pas la conjoncture macroéconomique » poursuit Jean-Jacques Duhot. « Nous sommes réactifs et cherchons à réagir avant les autres ». Concrètement, plutôt que d’essayer de prévoir précisément les prochaines tendances des marchés, Arctic Blue cherche à les déceler avant les autres investisseurs et à les exploiter. Pour ce faire, elle utilise deux types de modèles : de tendance et de contre-tendance. Le modèle de tendance, qui couvre seulement 20 % à 40 % des actifs de la stratégie, suit le facteur de momentum sur des horizons à moyen et long terme. Les autres actifs (60 % à 80 %) sont alloués au modèle de retournement (ou contrariant), qui est à l’origine de l’essentiel des performances générées. Ce modèle contrariant cherche à déterminer les périodes de ralentissement du momentum qui augurent un changement de direction des marchés.

Certains modèles de retournement se concentrent sur le moyen terme et cherchent à anticiper les virages à 180 degrés des marchés qui font suite au positionnement parfois extrême des investisseurs ou à des événements extérieurs, comme des troubles politiques, des pandémies ou des attentats terroristes. D’autres modèles de retournement s’intéressent aux situations de basculement sur le long terme. Chacun de ces modèles peut s’appliquer à tout un éventail de zones géographiques (Asie, États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni, etc.) et de secteurs tels que les biotechnologies, la finance ou encore l’énergie. Ils peuvent également recommander certains positionnements en fonction d’événements ponctuels tels que le Brexit, des élections nationales ou les décisions des banques centrales.

Ces deux différentes catégories (tendance et retournement) de « traders virtuels » fonctionnant de manière indépendante et autonome, l’ensemble des données qu’ils collectent permettent d’identifier les points d'inflexion potentiels tout au long du cycle de marché. La combinaison de ces deux types de modèles permet de mieux prévoir les retournements de tendance et Arctic Blue ajuste les pondérations de chacun des modèles à mesure que la probabilité d’inversion augmente. Lorsque les signaux de marché tendent à indiquer un repli des marchés, le modèle de tendance réduit ses positions longues et le modèle de retournement prend des positions courtes. Ce processus se poursuit jusqu’à ce que les signaux de marché témoignent d’un ralentissement, voire d’un retournement, de la tendance.

Réagir au monde réel

La stratégie systématique contrariante a été créée par Arctic Blue en 2007 en raison des inquiétudes d'un grand investisseur institutionnel au sujet de la santé de l’économie mondiale à cette époque. Elle a réussi à atteindre ses objectifs alors que le marché connaissait la pire correction de son histoire. En 2008, en pleine crise du crédit, la stratégie a enregistré une performance de 13 %.

Arctic Blue   Volatilite2Atlanterra strategie

 Sa performance de 2009 est tout aussi remarquable puisque, à cette époque, les banques centrales étaient venues à la rescousse de l’économie mondiale et les marchés avaient opéré un rebond spectaculaire que personne ou presque n’avait anticipé. Elle avait alors enregistré une performance de 24 %, avec un gain marqué de 28 % pour le modèle de retournement et une perte de 4 % pour le modèle de tendance).

« Début 2009, l’ensemble des intervenants de marché étaient pessimistes et sous-investis », précise Jean-Jacques Duhot. « Le traumatisme de Lehman Brothers a poussé les investisseurs du monde entier à chercher à se protéger. Les prix de la protection ont alors atteint des niveaux extrêmement élevés ». Les modèles d’Arctic Blue avaient détecté ce phénomène ainsi que l’inversion du momentum avant qu’ils ne soient repérés par le reste du marché. En 2009, la stratégie avait initié une position nette longue de 150 % afin que le portefeuille capte au maximum le rebond en forme de V des marchés.

Comment une stratégie contrariante peut-elle s’intégrer dans un portefeuille plus vaste ?

La stratégie propose aux investisseurs une exposition aux actions qui évolue en fonction des principaux points d’inflexion des marchés boursiers et complète donc parfaitement les portefeuilles long-only. Compte tenu de sa faible corrélation aux grands indices actions, cette stratégie peut également diversifier les portefeuilles actions, en particulier lorsque les stratégies long-only souffrent.

Atlanterra Correlation FR2

Conçue pour enregistrer des performances régulières et stables sur le long terme, elle peut également contribuer à la diversification des portefeuilles, en complément d’une poche obligataire. Elle vise une performance annuelle de 5 % et une volatilité de seulement 5 % à 7 %. Elle constitue donc une véritable alternative à la tendance actuelle consistant à intégrer dans les portefeuilles des actions versant des dividendes élevés, potentiellement risquées.

De plus, en s’attachant à déceler les retournements de tendance, la stratégie d’Arctic Blue est complémentaire des fonds CTA, qui appliquent généralement une stratégie de suivi de tendance. Grâce à son mécanisme flexible d’ajustement des pondérations, les investisseurs bénéficient d'un positionnement graduel. Autrement dit, à mesure que la volatilité augmente, la stratégie fait évoluer le curseur de son allocation pour assurer une protection renforcée contre une évolution brutale des prix des actifs, sans que les investisseurs aient à ré-investir. On peut également considérer que les investisseurs délèguent à la stratégie le soin de faire évoluer le positionnement de leurs portefeuilles en fonction de l’évolution à moyen et long terme de la direction des marchés.

Enfin, puisqu’elle est capable de générer de l’alpha sur des marchés haussiers et baissiers, cette stratégie peut aussi être considérée comme un moteur de performance absolue.

Conclusion – la neutralité a plusieurs avantages

Investir sur les marchés financiers est une activité exigeante sur le plan psychologique. Le flot constant de nouvelles en apparence négatives ne semble pas se refléter sur les prix des actifs. Les mauvaises nouvelles s’apparentent souvent à de bonnes nouvelles dans la mesure où les décideurs ont tendance à assouplir les conditions monétaires et budgétaires lorsque l'actualité se dégrade. Parallèlement, certains craignent que les banques centrales et les gouvernements ne puissent pas soutenir éternellement les marchés.

Rares sont les investisseurs en mesure de naviguer dans cet environnement d’informations contradictoires et de positionner leurs portefeuilles en conséquence. « Une stratégie qui ne cherche pas à connaître les causes des tendances de marché mais qui réagit vite à l’émergence des nouvelles tendances permet souvent de résoudre la quadrature du cercle », conclut Jean-Jacques Duhot. Face à des marchés échappant à toute rationalité, une approche systématique qui exclut de l’équation les craintes et les espoirs humains peut s’imposer et générer de l’alpha pour la plupart des portefeuilles institutionnels.
Publié en décembre 2019

H2O Asset Management L.L.P.
Authorised and regulated by the FCA (Financial Conduct Authority)
FCA Register no. 529105
Headquarters: 10 Old Burlington Street London W1S 3AG - United Kingdom
www.h2o-am.com

Natixis Investment Managers
RCS Paris 453 952 681
Capital: €178 251 690
43 avenue Pierre Mendès France
75013 Paris
www.im.natixis.com

Ce document est uniquement publié à titre d'information et est destiné aux prestataires de services d'investissement ou autres Clients professionnels. Les analyses et les opinions formulées aux présentes représentent les opinions subjectives de leurs auteurs respectifs, à la date indiquée, et sont susceptibles d'être modifiées. Rien ne garantit que la situation évoluera comme le prévoit ce document.

Copyright © 2019 Natixis Investment Managers S.A – Tous droits réservés.