VIDEO: 4 grandes tendances dans le secteur de l’assurance

Estelle Castres, Co-Head Western Europe, Head of Global Key Insurance Clients at Natixis Investment Managers International, détaille les points clé de l’Enquête Assurance Mondiale 2019.


Une décennie de taux d'intérêt ultra-bas a augmenté le passif des institutionnels et a accentué le gap de duration entre l’actif et le passif chez les assureurs. En quête désespérée d'alpha, les équipes d'investissement se tournent vers le private equity, la dette privée, et d'autres actifs alternatifs pour pallier les maigres rendements obligataires. Mais beaucoup d’entre elles jugent que les mêmes règlementations qui avaient été conçues pour renforcer leur solvabilité après la grande crise financière limitent leur capacité à générer de la performance, et donc à faire face à des engagements croissants.

L’enquête mondiale 2019 de Natixis Investment Managers auprès des assureurs montre qu’une majorité d'équipes d’investissement considèrent qu’il est de plus en plus difficile de générer de l'alpha, de protéger les actifs contre le risque de perte en capital, et de contrôler le coût du capital dans l'environnement actuel. En savoir plus sur les facteurs ayant une incidence sur la stratégie d'investissement des assureurs.

Dix ans plus tard, les faibles taux posent encore de gros problèmes

Même après une décennie, les politiques des banques centrales exercent d’énormes pressions sur les assureurs, les faibles taux d'intérêt étant considérés par trois-quarts des équipes d'investissement comme le principal risque de portefeuille. Mais les préoccupations vont au-delà des seuls taux d’intérêt. Un grand nombre d'assureurs redoutent également le ralentissement économique et les risques géopolitiques croissants.

Principales préoccupations pour 2020 s’agissant des risques de portefeuille Insurance Survey ChartInsurance Survey Chart

La recherche d’alpha conduit à des actifs illiquides

L’environnement actuel de taux faibles pose de nombreux défis d'investissement pour les assureurs. Neuf assureurs sur dix déclarent être inquiets de la faiblesse des performances de leurs portefeuilles. Un grand nombre d’entre eux affirment également être préoccupés par leur capacité à générer de l'alpha et par le déséquilibre actif-passif induit par l’environnement actuel de taux d'intérêt.

L’environnement de taux d'intérêt suscite de fortes inquiétudes  –   Pas du tout     Un peu     Extrêmement

investment returns FRgenerate alpha FRasset liability mismatch FR

Une réglementation toujours plus stricte et plus complexe

Même si l'objectif est bien d’obtenir de meilleures performances, la plupart des assureurs indiquent que les exigences en capital ont orienté les portefeuilles vers des actifs obligataires à faible rémunération, et ce au détriment d’investissements alternatifs présentant un meilleur potentiel de performance. En conséquence, une majorité d’entre eux considèrent que les exigences plus strictes en matière de capital et de valorisation ont un impact négatif sur la diversification des portefeuilles.

La conformité réglementaire présente de nombreux défis

43%

Coût de mise en œuvre

41%

Mise en œuvre technique
(changements de systèmes
d’information)

37%

Exigences en capital

36%

Gestion des données

35%

Mise en œuvre des évolutions
dans le domaine de la gestion
des risques (Évaluation des Risques et
de la Solvabilité (ORSA), etc.)

L'impact de la réglementation se fait sentir sur l’ensemble des activités des compagnies d'assurance. En particulier, les difficultés des équipes d’investissement se concentrent sur l'accroissement des exigences en capital et sur la mise en œuvre des évolutions dans le domaine de la gestion des risques qui visent à se conformer aux évaluations en termes de solvabilité.

Externaliser pour bénéficier d'expertises d'investissement
Le contexte est compliqué et exige de sortir des sentiers battus. Près des deux tiers des équipes d’investissement interrogées déclarent externaliser au moins certaines stratégies pour bénéficier des capacités spécialisées dont ils ont besoin. Cela se vérifie en particulier dans les classes d’actifs des marchés émergents et des stratégies high yield.

Le degré d’engagement qu’ils prendront en faveur des investissements alternatifs et des gérants externes dépendra de l’équilibre délicat à trouver entre le besoin de performances d’une part et les exigences qui déterminent leur budget de risque d’autre part.



Lire le rapport complet
En savoir plus sur la façon dont les assureurs jonglent avec les obstacles réglementaires pour générer de l’alpha.

À propos de l’enquête
Enquête mondiale Assurance de Natixis Investment Managers, réalisée par CoreData Research, en août 2019. L’enquête compile les réponses de 200 professionnels de l'investissement travaillant chez des assureurs et implantés en France, en Allemagne, dans les pays scandinaves, dans la zone Asie Pacifique, aux États-Unis et dans la zone Royaume-Uni/Irlande.

Ce document est fourni exclusivement à titre d’information et ne doit pas être considéré comme un conseil en investissement. Les points de vue exprimés sont valables au 28 octobre 2019 et peuvent évoluer en fonction des conditions de marché et d’autres facteurs. Il n’est en aucun cas garanti que les éléments présentés dans ce document se dérouleront tel qu’anticipés, et les résultats réels sont susceptibles d’être différents.

Tout investissement comporte des risques, y compris le risque de pertes. Aucune stratégie ni aucune technique de gestion du risque ne peut garantir une performance positive ou éliminer le risque dans tous les environnements de marché. Le risque d’investissement existe avec les actions, les obligations et les investissements alternatifs. Il n’existe aucune garantie qu’un investissement réalisera ses objectifs de performance ou que les pertes pourront être évitées.

Les données fournies représentent l’opinion des personnes interrogées. Elles peuvent changer en fonction de la conjoncture des marchés et d’autres conditions. Elles ne doivent pas être considérées comme des conseils en investissement.

L’alpha est la mesure de la différence entre la performance réelle d’un portefeuille et sa performance attendue en fonction du niveau de risque de marché systématique. Un alpha positif indique une surperformance et un alpha négatif indique une sous-performance par rapport au niveau de risque de marché systématique du portefeuille.

Les investissements alternatifs comportent des risques spécifiques qui peuvent être différents de ceux liés aux investissements traditionnels, notamment l’illiquidité, et s’accompagnent d’un potentiel accru de pertes et de gains. Il revient aux investisseurs de pleinement comprendre les risques associés à un investissement avant d’investir.

La diversification ne saurait garantir un gain ou protéger contre d’éventuelles pertes.

La duration mesure la sensibilité du prix d’une obligation aux variations des taux d’intérêt. Les fonds obligataires et les obligations de maturité longue (la maturité étant une mesure de la durée de vie prévue d’un titre) ont tendance à être plus sensibles à l’évolution des taux d’intérêt et, ce faisant, à être généralement plus volatils que les fonds et les obligations de maturité plus courte.

Natixis Distribution, L.P. agit en qualité de société de courtage à finalité spécifique et de distributeur pour plusieurs sociétés d’investissement accréditées pour lesquelles les services de conseil sont assurés par des sociétés affiliées à Natixis Investment Managers.